Ramatoulaye Diallo : une passionnée de la communication

publié le 2020-11-28

Ramatoulaye Diallo : une passionnée de la communication



Ramatoulaye Diallo: une passionnée de la communication 

Elle est titulaire d’une licence en relations publiques et d’un master en communi￾cation sociale.
Elle travaille au centre régional de Formation, de Recherche et de Plaidoyer en Santé de la Reproduction à Dakar Spécialiste de la communication et du plaidoyer, elle s’intéresse particulièrement aux questions de santé et c’est tout naturellement qu’elle a souhaité participer à l’Université d’été. « J’ai choisi ici le module EIS, chez nous cette question de l’évaluation d’impact sur la santé est devenue centrale dans tous les programmes. Leurs résultats déterminent le financement des programmes.» 

Cette notion d’évaluation d’impact a permis de 
construire une réelle politique interministérielle. Mais les communautés sont également associées aux décisions et actions de santé. Il y a, au Sénégal, un dispositif appelé en wolof «badienu gox » qui signifie «marraines de quartiers ». Ce sont des femmes issues de la communauté, qui bénéficient d’une crédibilité auprès des populations et qui participent à la promotion de la santé et à la prévention. 
Cette jeune femme à la voix ferme et assurée ne parle que de son travail, avec passion, mais que fait-elle quand elle ne travaille pas? «Je pratique le journalisme pour être au fait des réalités culturelles et sociétales de mon pays. Cela facilite mon travail de communication en santé.»

Des hobbies? «Je suis membre de la West African Network 
of Emergent Leaders in Health Policy and System, qui regroupe des universitaires, des chercheurs, des professionnels… des quinze pays de la Communauté économique des 
États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Il m’arrive également d’être en appui d’autres organisations pour les questions de communication».

Et que ferez-vous à la retraite ? « On n’est jamais à la retraite quand on est dans la communication!»
Passion vous dis-je.

Mouhamed Boussouar




Partager cet article :



Abonnez-vous à notre newsletter